D'Hannah Arendt

Le but de ce blog est de rassembler, tant pour moi que pour le simple curieux, quelques extraits des nombreuses et passionnantes réflexions d'Hannah Arendt. Elle a tant fait pour provoquer chez moi une ébauche de réflexion, l'électrochoc qui permet de sortir de la torpeur intellectuelle dans laquelle nous plonge notre quotidien : ce n'est que justice que de faire connaître son oeuvre au plus grand nombre.

14 février 2006

De la promesse et du pardon

L'extrait suivant est tiré de Condition de l'homme moderne :

"Si nous n'étions pardonnés, délivrés des conséquences de ce que nous avons fait, notre capacité d'agir serait comme enfermée dans un acte unique dont nous ne pourrions jamais nous relever; nous resterions à jamais victimes de ses conséquences, pareils à l'apprenti sorcier qui, faute de formule magique, ne pouvait briser le charme.

Si nous n'étions liés par des promesses, nous serions incapables de conserver nos identités; nous serions condamnés à errer sans force et sans but, chacun dans les ténèbres de son coeur solitaire, pris dans les équivoques et les contradictions de ce coeur - dans des ténèbres que rien ne peut dissiper, sinon la lumière que répand sur le domaine public la présence des autres, qui confirment l'identité de l'homme qui promet et de l'homme qui accomplit.
Les deux facultés dépendent donc de la pluralité, de la présence et de l'action d'autrui, car nul ne peut se pardonner à soi-même, nul ne se sent lié par une promesse qu'il n'a faite qu'à soi; pardon et promesse dans la solitude ou l'isolement demeurent irréels et ne peuvent avoir d'autre sens que celui d'un rôle que l'on joue pour soi."